naar top
Menu
Logo Print
29/05/2019 - DIETER DEVRIENDT

UNE ENQUETE COMPARATIVE DEVOILE LES CARACTERISTIQUES DES LEADERS

Test de la maturité numérique dans la fabrication de machines

Où en sont les constructeurs de machines dans leur transformation numérique? Sont-ils prompts à utiliser les nouvelles technologies? Siemens Industry Software a tenté de répondre à ces questions (et à bien d'autres encore) avec une enquête comparative menée récemment auprès de constructeurs de machines belges. Les réponses ont permis d'identifier un groupe d'entreprises 'leaders'. Celles-ci ont une organisation horizontale, travaillent en équipes multidisciplinaires, peuvent normaliser leurs processus, ont un sens aigu de la personnalisation et disposent d'un système informatique intégré. Bref, des exemples pour les autres entreprises.


Matrice de maturité numérique de l'industrie des machines

 

Siemens Industry SoftwarePORTÉE DE L'ENQUÊTE

Quoi

Un questionnaire en ligne + affirmations hypothétiques

Quand

Du 28 septembre au 29 novembre 2018

Cible

Les constructeurs de machines en Belgique, ciblant les responsables d'automatisation des processus de production.

Nombre de répondants

Près de 90 personnes ont répondu à l'invitation. Ce bon résultat montre l'importance de l'industrie intelligente pour la construction de machines.

Profile des répondants

  • Direction dans les principaux secteurs opérationnels de la construction de machines (60%) ;
  • Niveau C - general/managing, technical ou financial officers (25%) ;
  • CEO (15%) ;
  • Des petites et moyennes entreprises ainsi que de grandes entreprises ;
  • Niveau C : 50% travaillent pour de petites entreprises (moins de 100 employés) | entre 20% et 25% pour de moyennes et grandes entreprises ;
  • Les participants des entreprises de taille moyenne étaient pour la plupart des managers au niveau de l'ingénierie, de la production, des processus et des opérations.

 

ENQUETE EN LIGNE DES CONSTRUCTEURS DE MACHINES BELGES

L'enquête (retrouvez la portée de l'enquête dans l'encadré) a été divisée en cinq chapitres: stratégie d'entreprise, dynamique du marché, transformation numérique, financement de la transition et lean & business.

STRATEGIE D'ENTREPRISE

La direction des constructeurs de machines se préoccupe principalement de l'innovation de produits (49%) et de la satisfaction des clients (47%).

En plus de ces préoccupations externes, leurs priorités internes sont d'améliorer la productivité (41%) et de réduire les coûts (32%). La transformation numérique et l'innovation d'entreprise ont des scores relativement faibles (respectivement 19% et 15%). Cela implique que la direction accorde peu d'attention aux outils (numérisation) qui aident à atteindre les objectifs internes et externes.

Délai de mise sur le marché plus court

Le plus grand défi opérationnel pour la direction est de réduire le délai de mise sur le marché (47%). Cela exige un achat plus rapide des pièces. Mais la coopération multidisciplinaire joue aussi un rôle important. Elle représente un défi pour 31% des répondants. La connexion des machines à Internet (IoT) a été mentionnée par 28% des participants.

DYNAMIQUE DE MARCHE

Un regard sur les défis et les opportunités qui influencent la position d'un constructeur de machines sur le marché, montre que le top trois est étroitement lié aux priorités de gestion. En tête de liste se trouvent la personnalisation et la différenciation (55 %), suivies de la réduction du délai de mise sur le marché (41%). Vient enfin la livraison des produits les plus innovants (37%).

Innovation et disruption

L'innovation qui dépend fortement de la technologie, constitue la base des nouveaux modèles d'affaires. Cela provoque des bouleversements sur de nombreux marchés. A l'heure actuelle, la majorité des constructeurs de machines le constatent sur leurs marchés, alors que 48% - un pourcentage remarquable! - sont incapables de dire si les marchés de leurs clients sont également soumis à des innovations disruptives. Cela semble en contradiction avec le fait que près de la moitié des répondants se décrivent comme des innovateurs et des adeptes précoces en matière de nouvelles technologies.

TRANSFORMATION NUMERIQUE

L'utilisation de capteurs intelligents a eu le plus grand impact sur notre façon de travailler (43%). L'essor de l'Internet des Objets (IoT) - qui inclut souvent la connectivité de capteurs - s'est classé troisième. L'Intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage machine sont également considérés comme ayant un impact significatif sur les modèles économiques; surtout par les entreprises qui sont les plus avancées dans leur transformation numérique.

Outils

Les outils sur lesquels les constructeurs de machines se concentrent, concernent surtout la conception (CFAO) et moins les innovations avancées comme la simulation de systèmes mécatroniques. Les principaux avantages du processus de production se situent au niveau de l'ingénierie de production et de la conception de produit (41%). Pour les leaders du numérique, c'est l'IoT qui a le plus d'impact.

FINANCER LA TRANSITION

Plus de la moitié des entreprises participantes constatent sur leur propre marché ou sur celui de leurs clients un glissement (partiel) de la propriété à l'utilisation. Un exemple est l'offre de machines proposées en tant que service sur la base du 'paiement à l'utilisation'. Toutefois, la plupart (86%) continuent de proposer l'option de vente classique, parfois combinée à des contrats d'entretien. Il est important de signaler que les machines peuvent souvent être uniques, si bien qu'il est difficile de proposer des contrats standard 'as a service'. En outre, l'application de dispositifs intelligents et de l'IoT n'en est encore qu'à ses débuts, si bien que la gestion à distance est souvent impossible.

LEAN & BUSINESS

Les entreprises flexibles et 'lean' ont une organisation horizontale et travaillent avec des équipes multidisciplinaires. Elles utilisent une architecture informatique intégrée qui donne à chacun un accès en temps réel à toutes les informations pertinentes. En outre, ces entreprises ont tendance à se concentrer davantage sur l'assemblage que sur la production et accordent plus d'attention à la spécialisation et à l'intégration en amont (intégration verticale dans laquelle une entreprise reprend la production de matières premières/produits) dans la chaîne logistique. La plupart des constructeurs de machines ont encore du travail à cet égard et n'ont guère progressé dans leur transformation numérique vers l'industrie intelligente. Cependant, ils se rendent compte qu'un environnement de travail innovant est la clé pour trouver et retenir des employés talentueux. Des améliorations sont en vue, car près des trois quarts des répondants ont déjà mis en place une stratégie pour moderniser leurs applications de processus.

ENTREPRISES SMART INDUSTRY

L'analyse des résultats de l'enquête permet de définir un groupe d'entreprises qui montrent la voie en matière de transformation numérique. Ces entreprises ont la possibilité de standardiser leurs processus pour réduire leurs coûts tout en atteignant un haut degré de personnalisation afin de fidéliser les clients. Elles placent la transformation numérique et l'innovation en tête des priorités. Elles sont à l'avant-garde de l'utilisation des nouvelles technologies et s'en servent souvent pour développer de nouveaux modèles d'affaires. Ces pionniers ont souvent mis en place un système IT intégré; ils travaillent en équipes multidisciplinaires dans une organisation horizontale et jouent un rôle leader dans la chaîne de valeur. Ce groupe d'entreprises fait déjà partie de l'industrie intelligente.

 

 ÉNONCES HYPOTHÉTIQUESÉNONCES HYPOTHÉTIQUES

 

 

Jan Leuridan
Jan Leuridan, directeur de Siemens Industry Software

Les constructeurs de machines @ Industrie 4.0

“LES CONSTRUCTEURS DE MACHINES SONT CONSCIENTS DE CE QUI EST NÉCESSAIRE POUR RESTER COMPÉTITIFS"

Transition numérique

Les constructeurs de machines sont au cœur de la quatrième révolution industrielle. Une transition numérique est en cours dans l'industrie intelligente, tant en termes de produits que de processus de production. Cela perturbe la manière dont les entreprises rivalisent sur le marché. Nous avons demandé à Jan Leuridan (CEO de Siemens Industry Software nv) d'expliquer l'enquête et ses résultats.

Les entreprises leaders reconnaissent le besoin de transformation

“L'enquête montre que les leaders voient déjà la nécessité de transformer le développement de produits mécaniques en concepts plus mécatroniques", explique Leuridan. “On est déjà conscient de l'existence d'un changement similaire dans le processus de production. L'Industrie 4.0 - capteurs, connectivité, ... - est de plus en plus répandue chez tous les constructeurs de machines. Chez Siemens, nous constatons que cette prise de conscience favorise également l'adoption de la numérisation. Tant dans le développement de produits où elle soutient un travail multidisciplinaire que dans la chaîne de production où un MES (manufacturing execution system) relie les processus et la gestion."

L'importance de l'lnternet of things

“La constatation intéressante de l'étude est que l'Internet des Objets gagne en importance parmi les répondants. Beaucoup l'utilisent pour mieux comprendre la machine qu'ils construisent", déclare Leuridan. “Les données d'utilisation, saisies par des capteurs et connectées via l'IoT, sont ainsi reliées à d'autres sources d'information afin d'améliorer et d'optimiser la conception de la machine suivante. Les changements que l'IoT peut apporter en termes de processus opérationnels, sont remarquablement bien connus. Les constructeurs de machines sont conscients qu'offrir l'utilisation d'une machine au lieu de vendre une machine est une opportunité pour l'avenir. Cela ne signifie pas nécessairement que cette tendance va se poursuivre très rapidement ... mais il est bon de savoir que c'est possible et que l'on y pense déjà."

Un constructeur conservateur, mais conscient

Quand on lui demande de caractériser grossièrement le marché belge de la construction de machines à partir des réponses des personnes interrogées, Jan Leuridan est assez positif: “Ce secteur est à première vue assez conservateur, mais en même temps, les constructeurs sont très conscients des choses qui sont et resteront nécessaires pour être compétitifs. Les applications personnalisées - dans lesquelles le logiciel joue un rôle non négligeable, l'importance du délai de mise sur le marché et l'innovation sont trois facteurs. L'intérêt pour les nouvelles technologies se reflète dans nos collaborations sous la forme de Flanders' Make par exemple. Ce centre de recherche stratégique pour l'industrie manufacturière aide les entreprises à développer certaines compétences de base. Ainsi, les constructeurs de machines belges restent compétitifs."

Un chemin vers l'avenir

“Le secteur belge des machines est sur la bonne voie. Il est essentiel de reconnaître les facteurs permettant de rester compétitif et de souligner l'importance de la transformation numérique. Cela se reflète dans ce que nous faisons - équipes multidisciplinaires et travail horizontal - et dans la façon dont nous faisons les choses - délai de mise sur le marché (répondant à la demande du marché), systèmes de production flexibles, ... La coopération (participation, cocréation, ...) permet d'accélérer la transformation numérique", déclare le CEO de Siemens Industry Software.

 

SUR DR. JAN LEURIDAN

En tant que senior vice president, le Belge Jan Leuridan est responsable de la simulation et des solutions de test pour Siemens PLM Software (business unit de la division Siemens Digital Factory). Il est également CEO de Siemens Industry Software nv. En 1984, Leuridan a rejoint LMS International en tant que directeur R&D, après quoi il est devenu directeur technique. Depuis 1987, il est également membre du conseil d'administration de la société. Leuridan est arrivé à son poste actuel après l'acquisition de LMS par Siemens. Leuridan a obtenu un diplôme d'ingénieur du département de génie mécanique de l'Université de Louvain en 1980. Ce diplôme a été suivi d'une maîtrise (1981) et d'un doctorat du département de génie mécanique et industriel de l'Université de Cincinnati (Etats-Unis).

 

Retrouvez l'intégralité de l'enquête sur plm.automation.siemens.com/country/nl-nl/topic/smart-machine-industry-rapport/12738.